Dans les coulisses : So Raphaël – so what

Raphaël est la personne de contact pour les francophones qui participent au congrès national trans*, et il est responsable des traductions en français.

raphaelMon nom est Raphaël, bien qu’il m’arrive d’utiliser d’autres prénoms dans certaines situations. Je suis un homme cis. Ceci n’a pas d’importance à mes yeux, mais c’est simplement ainsi que je le sens. Enfant, dans les histoires que je me racontais, il m’arrivait d’être souvent «Â la princesse » ou «Â l’amoureuse du héros ». Ces rêveries dans lesquelles j’étais une femme ont simplement cessé lorsque j’ai appris qu’un homme peut aussi tomber amoureux d’un homme. Et ainsi, je suis un homme qui aime les hommes.

Je viens de Lausanne et j’habite depuis fin 2007 au centre de Bâle dans un appartement petit et confortable. Je vis seul, et mon compagnon partage une colocation dans un autre quartier de Bâle. Je n’ai pas de fierté particulière à être cis, mais je pense que ma situation est plus simple ainsi, car elle ne m’occasionne pas de difficulté. Par contre, je peux dire que je suis fier d’être qui je suis. Je suis content d’être gay, parce que cet état de fait m’a poussé à me poser des questions importantes. Notamment et concrètement : être gay m’a forcé à quitter l’église évangélique dans laquelle j’ai grandi, et ce n’est que depuis lors ce que j’ai véritablement trouvé la paix intérieure qu’on y professait.

J’ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer des personnes trans* grâce à TGNS et dans le cadre du congrès trans*. Nous sommes tous différents, mais nous pouvons toutefois partager des intérêts et des objectifs communs. Je préfère que les personnes trans* n’aient pas le besoin de s’isoler par rapport aux personnes cis, de la même manière que je trouve chouette lorsque les hétéros et les personnes LGBTIQ collaborent à des actions pour la diversité. Je souhaite soutenir le mouvement trans*, qui me paraît plus important, plus urgent et même plus motivant que l’activisme basé sur l’orientation sexuelle. J’ai pas mal d’expérience avec des organisations homosexuelles, et j’ai le sentiment que les gays font actuellement trop peu pour promouvoir leur acceptation dans la société. J’ai même, au contraire, le sentiment que l’individualisme des gays occasionne parmi eux une importante homophobie. J’espère rencontrer davantage de solidarité dans la communauté trans*.

buecherregal

L’image montre ma petite bibliothèque à la maison. Elle ne contient quasiment plus que des livres de référence, puisque je donne généralement tous les autres livres après les avoir lus. J’accorde beaucoup d’importance aux livres et à la connaissance – en matière de langue et de philosophie avant tout – car ils permettent à l’humanité de mieux se comprendre réciproquement. Ma bibliothèque me plaît beaucoup plus depuis que mon compagnon l’a rangée selon ses propres critères : l’arc-en-ciel constitue d’ailleurs mon ordre préféré, puisque dans les couleurs on ne trouve ni premier ni dernier. Chaque partie de l’arc-en-ciel est quelque chose de beau et d’indispensable.

J’aide en tant qu’organisateur du congrès national trans*, parce que j’ai participé à ses deux éditions précédentes et cela m’a apporté énormément. Je suis heureux si, par mes compétences linguistiques, je peux aussi désormais apporter quelque chose en retour, afin que ce troisième congrès soit encore meilleur !

Merci Raphaël.

Vous pouvez aussi découvrir les autres organisateurs germanophones du congrès dans la version allemande de ce site.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *